Slow Life : 7 conseils pour adopter ce nouveau mode de vie !


Chez Les Petits Prödiges, notre mission principale est de vous inciter au maximum à consommer des cosmétiques plus sains et responsables pour vous et l’environnement, mais pas seulement …
Au-delà de la routine beauté clean, nous vous conseillons d’adopter tout un mode de vie quotidien qui allègera votre esprit ainsi que notre planète bien aimée.

Que nous soyons entrepreneur, salarié, père ou mère au foyer ou de toute autre profession parfois drainante, nous avons tous à un moment ou un autre de notre vie, eu envie de ralentir le rythme de cet engouement perpétuel qu’est la vie.
Et si nous arrêtions définitivement cette quête infinie afin de nous dédier pour de bon à cette symbiose corps et terre, c’est-à-dire la slow life

Bon, d’accord, ça a l’air bien la Slow Life, mais qu’est-ce vraiment ?

Slow vs. Fast

La slow life est un rythme de vie qui s’oppose au fast living. Le principe est de reprendre possession de son emploi du temps et de vivre au rythme des ressources de la planète.
On dit donc au revoir aux journées frénétiques mais attention, pas question de se marginaliser ! C'est un art de vivre envisage que l’on s’imprègne de l’environnement physique de manière à renouer ce lien perdu avec la nature.

Nature

C’est bel et bien un « art de vivre » qui n’est pas des plus simples à adopter, c’est pour ça que nous sommes là pour vous aider à vous y retrouver. Nous sommes tout de même en 2019 et ce n’est sûrement pas un secret pour vous, mais notre planète est en danger et le succès de la slow life n’est pas un hasard. 

Besoin vs. Envie

Avant de vous donner des conseils pour adopter ce mode de vie, il est nécessaire d’en comprendre les principes fondamentaux avant de pouvoir se les approprier. Le premier et le plus important étant de différencier le besoin de l’envie.

Il est important de revenir à la source du déclin sociétal vis-à-vis de l’environnement et de notre système économique. La slow life entend de revenir à l’essentiel et donc d’adopter un rythme en cohérence avec nos besoins sur le long-terme et de ne plus baser ses choix sur l’envie qui ne dure que l’espace d'un instant. Une nuance à ne pas négliger, se focaliser sur ses besoins ne veut pas dire que l’on met son bonheur de côté. On privilégie seulement le bonheur à ses envies fugaces qui nous poussent très (et trop) souvent à la consommation. 

Aujourd’hui, tous autant que nous que nous sommes, nous avons été pris au piège dans le cercle vicieux de la surconsommation qui, contrairement à ce qui est communément dit, touche tout autant la population que l’environnement.
Faire la différence entre ses besoins et ses envies ainsi qu'entre son bonheur et ses pulsions de consommation passagères, c’est repenser où et comment est-ce que l’on trouve du plaisir. Notre modèle sociétal a su créer des plaisirs et des envies éphémères qui forcent à la répétition de la satisfaction et qui ne contribue que faussement au bonheur.
En adoptant la slow life, on réapprend progressivement à être heureux grâce à la simplicité en remplaçant le “matériel” par le “nécessaire”.

On vous propose d’essayer ce petit exercice : prenez 10 minutes pour vous allonger dans l’herbe à regarder le ciel, à écouter les oiseaux et à éprouver de la gratitude pour ce qui nous entoure. C’est une dizaine de minutes que nous n’avons plus l’habitude de prendre, c’est du temps pour soi. Prendre soin de soi ne veut pas seulement dire s’acheter un nouveau rouge à lèvres, ou un nouveau produit quelconque, non c’est aussi se mettre en situation d’apprécier la simplicité d’un moment qui nous coupe du quotidien et qui nous rapproche de nous-même et de la nature.

La slow life c’est donc de savoir éprouver un bonheur intense à observer et prendre conscience de son environnement en donnant du temps au temps, d’où le terme slow.
Pour un concept moins abstrait, on vous propose de prendre connaissance de la Pyramide de Maslow qui résume de façon concise nos besoins psychologiques, physiologiques et sociaux. Notez que la surconsommation n’y apparaît pas …

Cela étant dit, en plus d’être un état d’esprit, le mode de vie slow, ce sont des pratiques applicables à la vie de tous les jours. Il est tout à fait possible de s’initier à ce mode de vie en changeant quelques-unes de nos habitudes, pas toujours très réfléchies et soucieuses de notre bien-être et celui de notre planète. On vous éclaire.

 

Nos 7 conseils pratiques

 

1. Faire une tâche à la fois

C’est connu et démocratisé : à l’âge où les smartphones fusent et envahissent notre quotidien, on pense pouvoir être capable d’effectuer deux voire plusieurs tâches simultanément. Et bien en vérité, ce n’est qu’une illusion d’être plus efficace et plus rapide, car le multi-tasking ça fatigue énormément. En sollicitant parfois deux zones distinctes de notre cerveau, on fatigue son système nerveux et donc son corps. Il est préférable de se concentrer sur une tâche à la fois au lieu de combiner.


Par exemple : Au petit déjeuner, on se concentre sur son entourage et l’action de manger, plutôt que de se plonger dans ses e-mails avant même d'être arrivée au boulot ! On prend le temps d’éveiller son corps et son cerveau !

 

2. Méditer

« Si tu ne trouves pas le calme, ici et maintenant, où et quand le trouveras-tu ? ». Posez-vous cette question, et si comme nous, vous ne trouvez pas la réponse, la méditation est sûrement l’un des premiers pas à faire pour retrouver la paix avec vous-même.

Pas besoin de s’y connaitre en la matière : il existe des dizaines des livres qui vous guideront dans cette démarche comme par exemple Méditer dans la nature de Philippe Roch. Pour les plus connectés, il existe également des applis disponibles sur votre smartphone qui ne nécessitent que quelques minutes de votre temps par jour pour tenter de faire la différence. On télécharge donc Petit Bambou, Headspace ou encore Mind.

 

3. S’écouter et écouter les autres

Vivre plus lentement est synonyme d’écoute de soi pour mieux répondre à ses besoins en prenant soin de son corps et de son organisme. Prendre son temps et prendre conscience de son entourage, c’est aussi apprendre à écouter et mieux connaître les autres. 
En résumé, pour profiter pleinement, on dédie équitablement son temps à soi-même ainsi qu’aux autres pour trouver une meilleure harmonie de vie intérieure et extérieure.

4. Éveiller ses sens en développant sa créativité

De manière à prendre son temps pour se reconnecter avec soi-même et ses capacités personnelles on tente de faire des choses avec ses mains ou toutes sortes d’activités créatives qui permettent de se déconnecter du monde digital et de se concentrer sur ce que l’on aime faire, sur ce que l’on veut faire et surtout sur ce que l’on se donne le temps de faire.


5. Troquer les promenades en villes pour des promenades en nature

Il fait bon vivre au milieu des arbres, des animaux et d’un air sain non pollué. Alors si l’on sait tous que la pollution dans les villes est fulgurante et provoque toutes sortes de maladies (troubles respiratoires et cardiovasculaires, aggrave les maladies cardiaques et pulmonaires, accroît le risque de cancer du poumon…), pourquoi ne profitons-nous pas plus régulièrement de la nature et de ses bienfaits ?

Tout comme nos yeux ont parfois besoin d’une pause des écrans, notre organisme a besoin d’une pause de toute la pollution qu’on lui inflige.

    6. Slow food

    Qui dit slow life dit non seulement cohérence environnementale mais aussi sociale. Dans ce cas-là, on privilégie le commerce équitable et l’achat aux petits commerçants locaux plutôt que de faire ses courses dans un supermarché où la traçabilité des produits n’est pas garantie et ne contribue pas au développement des commerces de proximité. Savoir que l’on rend service à des commerçants locaux doit être une source de satisfaction.

    7. Slow cosmétiques

    Moins de flacons, moins de dépenses, des produits plus nobles et plus sains... Il n'y a que des bonnes raisons pour adopter le minimalisme dans sa salle de bain ! En prenant connaissance de quelques chiffres de l'association Slow Cosmétique, on se rend compte de l’urgence de changer ses habitudes en termes de cosmétiques. L’heure est grave :


    - 75 000 tonnes  d'emballages de produits cosmétiques et d'hygiène sont jetés chaque année.
    - 965€ sont consacrés à l'univers des cosmétiques par ménages et par an.
    - 1000 cosmétiques aux substances indésirables ont été recensés par l'association « UFC-Que-Choisir » en 2017.

    En d’autres mots, on consomme trop, et pas assez bien.


    La solution qui s’offre à nous avec la slow cosmétique c’est de simplement revenir à l’essentiel. À défaut de ne plus consommer, on consomme mieux, c’est-à-dire que l’on consomme des produits plus écologiques, plus sains, plus intelligents et plus aussi plus raisonnables en termes de prix. La Slow cosmétique fonctionne en parallèle la Slow food, l’idée est de privilégier les marques locales avec des produits qui ont une empreinte carbone raisonnable !

    Pour ceux qui ont le temps et aiment le Do It Yourself, il est de plus en plus courant de faire ses propres cosmétiques, il existe des kits pour les faire, avec des produits sains, généralement zéro déchet et en plus c’est une activité manuelle plutôt chouette !

    Pour les plus pressés, on opte pour des produits combinant efficacement le trio gagnant nettoyage/hydratation/protection dont a besoin la peau.

    Par exemple, vous avez le baume multi-usages Les Petits Prödiges : un baume 100% naturel qui permet de remplacer au moins 7 produits cosmétiques ! 

       


      Laissez un commentaire


      Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés